Clara Ponsot, sens dessus dessous


Cet article a été rédigé par Paul Water's le : Jeudi 26 avril 2012



Clara Ponsot


Deux impacts marquent le début de l’année 2012 : sa prestation ultra sexy dans « Les Infidèles » où elle enivre de ses sens et dans tous les sens Gilles Lellouche, et dans « Bye Bye Blondie » où pour la réalisatrice Virginie Despentes elle incarne Emmanuelle Béart plus jeune, en bourgeoise, et où elle tombe amoureuse de la punk Gloria.

« Mes parents m’avaient mise au piano, à la danse classique, et je dessinais beaucoup » relève t-elle à « Elle ». « A l’âge de 8 ans, j’en avais un peu marre de ces activités solitaires et j’ai absolument voulu faire du théâtre. Ensuite, je n’ai plus songé à faire autre chose. Mes parents ont été rassurés lorsque j’ai réussi le concours du Conservatoire. »

C’est par le petit écran que Clara va montrer son joli minois, au cœur de feuilletons et téléfilms tels « Madame le Proviseur » et « Commissaire Moulin ». Ce sera ensuite en 2008 le cinéma avec « La Possibilité d’une île » où cette brune incendiaire de 19 ans à l’époque, au regard bleu acier,brûle la pellicule.

Votre premier baiser au cinéma ? questionne « Elle ». « Je me marre quand je pense que j’ai embrassé Gilles Lellouche dans « Les Infidèles ». Et, en plus, c’était une grosse pelle. » Et votre premier scène d’amour ? « Dans « Bye Bye Blondie, il y a une scène où Soko me chope vraiment. J’étais un peu déstabilisée car elle y allait franchement. » Chacun son tour de perdre l’équilibre !


Paul Water's

Je suis la touche masculine du Nuage des Filles. Journaliste expérimenté –on dit toujours ça de quelqu’un qui n’est plus dans la trentaine-, j'aime descendre le Nil, la chaleur de Pompéi surtout lorsque les Pink Floyd y sont en fusion, citer Coluche, m’étonner que La Marseillaise de Gainsbourg ne soit pas notre hymne national, j'aime les rebonds de la balle orange, j'ai un pied à l’intérieur du Périphérique et un autre en Province, et je passe en boucle les chaînes d’infos. Surtout je suis un fin limier qui adore butiner dans les magazines et sur Internet pour y dénicher celles qui sont dans la hype et leur brosser le portrait avec humour et tendresse pour le Nuage des Filles.


>> A lire également de toute urgence :